• Race to a Cure Authors

Les enfants autochtones et le système de placement familial du Canada

Cliquez ici pour accéder l’article en Anglais/Click here to view this article in English


L'histoire


En 2021, de nombreux enfants autochtones ont été retrouvés dans des tombes anonymes près des zones des pensionnats.


Les pensionnats étaient un outil inhumain utilisé afin d’assimiler les enfants autochtones à la société canadienne, mais en effet, les pensionnats ont seulement laissé de nombreux enfants avec un traumatisme intergénérationnel dû à la gammes d’abus qu’ils ont subis. Cela a également empêché certains enfants de se connecter correctement à leur culture jusqu’au début de l’âge adulte. Les défenseurs disent que les programmes de protection de l’enfance au Canada ont remplacé ces pensionnats.


Photo gracieuseté de APTNEWS.


Le système de placement familial d’aujourd’hui


Aujourd’hui, le système de placement familial du Canada compte une surpopulation d’enfants autochtones. Lors d’un recensement de 2016, 52% des enfants placés en famille d’accueil étaient considérés comme autochtones.


Selon la BBC, les services des systèmes d’aide sociale dans les réserves sont gravement sous-financés. Cindy Blackstock, directrice exécutive de la First Nations Child and Family Caring Society, a déclaré: << En 2016, nous avons en fait obtenu une ordonnance légale pour qu’ils mettent fin à cette prestation de services discriminatoire, car cela éloignait inutilement ces enfants de leur famille en nombre qui dépasse de loin pensionnats. Le gouvernement a salué la décision, puis ne s’est pas conformé. >>


Photo gracieuseté de MACLEANS.


Comment qu’on peut réduire le nombre


Il est nécessaire d’examiner les cas de négligence, de fournir le matériel nécessaire et de former et éduquer les travailleurs sociaux sur l'histoire et les répercussions des pensionnats. Il s’agissait de la première et de la deuxième étape pour réduire la représentation des enfants autochtones dans les programmes d’aide sociale. La prochaine étape consiste à mettre en œuvre le principe de Jordan, une exigence légale visant à éliminer les inégalités de services pour les enfants des Premières Nations.


Selon Blackstock, le manque d’assistance appropriée était un facteur qui contribuait à l’entrées des enfants dans les programmes d’aide sociale. Delon la Commission ontarienne des droits de la personne, le système de soins est un entonnoir qui mène à l’emprisonnement, avec 31% des personnes incarcérées en 2018 et 2019. Ce chiffre ne correspond pas aux 4.5% d’adultes incarcérés, ce qui implique que les Autochtones sont incarcérés et surreprésentés dans les statistiques d’incarcération.


De plus, Blackstock dit que le gouvernement fédéral doit s’attaquer aux conditions socio-économiques qui conduisent à la séparation des enfants de leurs parents. Selon la BBC, les taux élevés de pauvreté infantuile, les taux de suicide supérieurs à la moyenne et les problémes à long terme d’infrastcutures d’approvisionnement en eau et de logement dans les réserves sont des exemples de ces problèmes qui “orientent” les enfants vers des programmes d’aide sociale.


Le 4 janvier 2022, le gouvernement fédéral et les dirigeants des Premières Nations ont conclu un accord d’une valeur de 40 milliards de dollars pour indemniser les jeunes touchées par le système d’aide sociale du Canada. La moitié de l’argent est destinée à l'indemnisation tandis que l’autre moitié est destinée à la réforme du système dans les réserves, comme l’a déclaré CBC. Si elle est approuvée, l’indemnisation commencerait pour les réserves et au Yukon ont été retirés de leur foyer entre le 1er avril 1991 et le 31 mars 2022.


L’Assemblée des Premières Nations prévoit que 200 000 enfants et jeunes seront qualifiés pour l’accord, mais on ne sait toujours pas comment ils en bénéficieront. Patty Hajdu a déclaré: <<Nous nous attendons à ce que 40 000 dollars soient le plancher et il peut y avoir des circonstances où les gens ont droit à plus. >> Les parents et les tuteurs peuvent également être éligible au paiement.


Ressources et lectures complémentaires:



L'auteur d'article: Idil Gure

Traduction par: Sarah Westerik