• Race to a Cure Authors

Le Jeu et son Addiction

Cliquez ici pour accéder l’article en Anglais/Click here to view this article in English


Qu'est-ce que c'est ?


Les jeux vidéo sont des tueurs de temps qui peuvent être extrêmement amusants. Il existe plus de 2000 jeux vidéo, sans compter les jeux mobiles et autres. Les jeux vous permettent d'utiliser votre imagination, de découvrir diverses stratégies, d'être multitâches et bien plus encore. Il existe tellement de jeux différents qu'il est facile de se perdre dans le vide des jeux de nos jours, d'autant plus que nous sommes tous à la maison et que nous voulons nous connecter avec nos amis de manière amusante. Voici quelques types de jeux différents... Aventure, obbies, action, jeu de rôle, stratégie, sport, logique, etc. Le jeu est un excellent moyen de créer des liens, surtout en cette période difficile, car il n'est pas possible de voir les gens face à face et les jeux vidéo donnent l'illusion d'être là avec quelqu'un. C'est tellement génial qu'il est facile de devenir dépendant sans même s'en rendre compte. Cette dépendance est un désordre officiel déclaré par l'organisation mondiale de la santé et c'est un problème grave. Je n'essaie pas d'insinuer que vous ne devriez pas jouer du tout, car c'est absurde ; le jeu est acceptable, mais dans une certaine mesure. Peu de gens deviennent dépendants des jeux ; environ un à dix pour cent de tous les joueurs ont une forte dépendance à ces jeux. Cependant, comme il y a beaucoup de joueurs, cela signifie que plus de deux milliards de personnes ont développé une dépendance à ce jeu. Il est donc essentiel de rester vigilant quant autant vous y consacrez. La signification de cette dépendance est définie par la Classification internationale des maladies (CIM-11) comme un modèle de comportement de jeu. Elle se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, le fait de donner la priorité au jeu sur d'autres activités et de continuer à le faire malgré les conséquences négatives. La dépendance aux jeux peut entraîner un risque accru de dépression, de perte de concentration, d'anxiété et d'insomnie. Elle commence à prendre le contrôle de votre vie et comporte de nombreux risques. Toutes les lumières clignotantes et les pièces de monnaie peuvent être attrayantes, mais elles peuvent vous nuire physiquement et mentalement. Pour savoir si vous êtes dépendant, essayez de ne pas jouer pendant un à cinq jours. Si vous y parvenez, vous n'êtes probablement pas dépendant, mais si vous n'y parvenez pas, cela peut poser problème. Plus de quatre heures par jour de jeu est également un signe.


Photo gracieuseté de https://i.pinimg.com/originals/06/5b/91/065b9123db727a33c888ca61b756132a.jpg


Que faire ?


Donc, sachant que vous savez ce que c'est et si vous avez une dépendance, comment la surmonter ? Si la situation vous semble hors de contrôle (et si vous présentez de nombreux signes), demandez l'aide d'un professionnel et obtenez un diagnostic qui vous aidera à surmonter la dépendance le plus rapidement possible, car si vous continuez, le problème finira par s'aggraver. En particulier, si vous avez acheté quelque chose dans le jeu, vous pourriez vous y attacher davantage et devenir dépendant. Les personnes dépendantes diront souvent quelque chose pour le nier, comme "Je peux arrêter à tout moment, je choisis simplement de ne pas le faire." La première étape consiste à la reconnaître et à admettre son existence... Voici une vidéo de quelque chose que j'ai trouvé hystérique et du déni qui peut en découler ; https://youtu.be/YFbUnyo06jc.


Photo gracieuseté de

https://i.pinimg.com/736x/61/45/c9/6145c9c89c4eeb031ba406900b6cb93c.jpg


Étapes


Reconnaître

La première étape est l'une des plus importantes, est de reconnaître la dépendance et de trouver la racine du problème de l'intérieur, d'où vient l'envie et comment la réduire ? Une fois que vous savez cela, vous pouvez créer des plans tels que l'ajout de rappels, la suppression, des minuteurs et garder l'esprit ouvert. Si le problème semble hors de contrôle, vous devez chercher de l'aide en allant le voir votre médecin, votre thérapeute ou votre pédiatre pour qu'ils vous donnent de plus amples informations ou même parler à votre conseiller d'orientation à l'école.


Si vous en avez plus de 5, il est conseillé d'en parler à un professionnel...


1- Quand vous ne pouvez pas jouer, vous vous sentez mal et vous devez passer de plus en plus de temps à jouer pour vous sentir bien.

2- Vous mentez aux gens sur le temps que vous passez à jouer.

3- Tout le temps ou presque, vous pensez à jouer.

4- Malgré ces problèmes qui se passent autour de vous, vous continuez à jouer.

5- Impossible d'arrêter de jouer ou même de vouloir faire d'autres activités que vous aimiez auparavant.

6- Avez-vous des problèmes au travail, à l'école ou à la maison à cause de vos jeux ?

7- Utiliser les jeux vidéo pour atténuer les émotions et les sentiments négatifs.


Remplaçants


Ensuite, trouvez des moyens de remplacer votre dépendance par quelque chose de plus sain, comme trouver un nouveau passe-temps. Cela peut être le yoga, le chant, la lecture, l'exercice physique, etc.


Fixer des limites


Éloignez les appareils lorsque vous n'en avez pas besoin, notamment avant de dormir. Il est recommandé de ne pas passer du temps devant un écran, une heure avant de se coucher. Créez des limites qui peuvent constituer une limite de temps d'écran ; cela peut se faire dans les paramètres de votre appareil.


TCC ou thérapie cognitivo-comportementale


Cette thérapie permet de cibler les pensées relatives aux jeux et de les remplacer pour aider à changer le schéma de pensée. Bien que la thérapie cognitivo-comportementale soit conçue pour cibler le jeu, elle peut aider à traiter divers troubles et choses qui vous empêchent de réaliser pleinement votre potentiel, comme l'anxiété, la dépression, les crises de panique, les dépendances, les troubles alimentaires, les phobies de la colère, etc. Il existe différents types de TCC. Tout d'abord, il y a la thérapie cognitive qui vise à modifier les mauvaises habitudes de pensée. Deuxièmement, il y a la thérapie comportementale dialectique qui cible les pensées en se concentrant davantage sur le bien-être. Troisièmement, la thérapie comportementale émotive rationnelle vise à modifier les croyances inconscientes et à changer l'état d'esprit d'une personne. Enfin, la thérapie multimodale consiste à traiter les problèmes psychologiques qui pourraient être invoqués à partir du comportement, de l'affect, de la sensation, de l'imagerie, de la cognition, de facteurs interpersonnels et de considérations médicamenteuses/biologiques. Une fois que vous aurez parlé à votre thérapeute/professionnel, il vous recommandera très probablement ce qu'il pense être approprié pour vous après vous avoir consulté. Il peut y avoir des changements après tout cela, selon l'impact et la source du problème. Identifier les pensées négatives, pratiquer de nouveaux passe-temps, se fixer des objectifs et résoudre des problèmes sont quelques-unes des approches utilisées. Vous pouvez vous en sortir seul, mais cela demande beaucoup plus de détermination, car il se peut que personne ne vous surveille et ne vous dise exactement ce que vous devez faire ensuite et un professionnel a plus d'expérience. Les avantages de cette thérapie sont décrits dans plus de 500 ouvrages. Elle vous permet de faire le vide dans votre esprit et de faire ressortir votre personnalité.


Photo gracieuseté de TDAH France



Auteur de l'article : Preet Kaur Chohan

Auteur éditeur(s) : Edie Whittington, Clara Han