• Race to a Cure Authors

La thérapie virale oncolytique

La thérapie virale oncolytique est une alternative prometteuse à la chimiothérapie qui réduit la toxicité du traitement du cancer.

Photo gracieuseté de Creative Biolabs.


Qu'est-ce que c’est, la thérapie virale oncolytique ?


Les cellules cancéreuses veulent vivre éternellement et pour ce faire, elles donnent une partie de leur matériel génétique afin de vivre plus longtemps et de se développer, ce qui les rend faibles et sensibles à l'infection par des virus. Les virus oncolytiquesson conçuse pour attaquer les cellules cancéreuses sans affecter les cellules saines normales. Il s'agit d'une forme d'immunothérapie qui utilise des virus pour détruire les cellules tumorales. Les virus sont des particules qui infectent les cellules humaines et utilisent leur machinerie génétique pour se répliquer et se propager à d'autres cellules non infectées. Récemment, des chercheurs ont pu utiliser ces virus et les modifier pour cibler et attaquer des cellules tumorales déjà formées. "Les virus oncolytiques alertent le système immunitaire que quelque chose ne va pas", a déclaré le docteur Jason Chesney, directeur du James Graham Brown Cancer Center de l'université de Louisville. En utilisant des virus oncolytiques, le corps peut réagir en provoquant une réponse immunitaire contre les cellules tumorales voisines, appelée réponse locale, ou contre les cellules tumorales d'autres parties du corps, appelée réponse systémique.


Ingénierie virale oncolytique


Certains virus montrent une préférence naturelle pour les cellules tumorales, cependant, la plupart d'entre eux nécessitent la modification de leur tropisme pour entrer spécifiquement dans les cellules tumorales et s'y répliquer. Le tropisme viral est la capacité de différentes souches virales à infecter différents types de cellules et de tissus. Il existe en fait trois grandes stratégies de ciblage transductionnel utilisées pour rediriger les virus vers les récepteurs de surface des cellules tumorales. Elles impliquent l'incorporation de nouvelles cibles dans une protéine de surface virale, l'incorporation d'un squelette dans une protéine de surface virale pour permettre la fixation de fragments de ciblage (fragment d'une molécule), et l'utilisation d'adaptateurs bispécifiques - qui peuvent se lier simultanément à deux types d'antigènes différents, pour faciliter le ciblage d'un virus vers un fragment spécifique sur une cellule tumorale.


Mécanisme d'action des virus oncolytiques


Le virus empêche la cellule de produire des produits de l'hôte et favorise la production de produits viraux en détournant la synthèse des protéines de la cellule. Les cellules tumorales de l'hôte infecté vont se lyser et libérer de nombreux virus qui ont la capacité d'infecter d'autres cellules tumorales. Les cellules cancéreuses peuvent inhiber la réponse immunitaire afin que les cellules immunitaires ne les attaquent pas. Cependant, la suppression immunitaire est liée à leur micro-environnement interne, car elles sécrètent des facteurs qui régulent les cellules immunitaires pour échapper à la surveillance immunitaire. Le virus a un effet stimulant sur les cellules immunitaires qui s'infiltrent dans le tissu tumoral. Cela peut modifier l'environnement de la tumeur. Les cellules tumorales infectées par le virus sonte capables d'exprimer des signaux tels que des cytokines pour inciter les cellules immunitaires extérieures à la tumeur à s'y infiltrer et à activer des cellules immunitaires non spécifiques. Lorsque les cellules tumorales sont lysées par des virus oncolytiques, elles libèrent une quantité importante de protéines tumorales qui peuvent être phagocytées par ces cellules immunitaires non spécifiques et certains antigènes spécifiques à la tumeur peuvente être exprimés par les cellules présentatrices d'antigènes, ce qui amène les lymphocytes T à attaquer les cellules tumorales non infectées.


Exemple : Virus de l'herpès simplex et mélanome


Une thérapie virale oncolytique approuvée par la FDA pour le traitement du cancer est un virus herpès simplex modifié (A.K.A. T-VEC / Imlygic®) qui infecte les cellules tumorales des mélanomes et les détruit. Il s'agit d'une version génétiquement modifiée du virus de l'herpès simplex qui provoque généralement des feux sauvages. Près des deux tiers des personnes atteintes d'un mélanome avancé ont bien répondu à un traitement combinant le pembrolizumab, un médicament d'immunothérapie et le virus de l'herpès appelé T-VEC. On a constaté que les effets secondaires chez les personnes qui ont pris ce traitement étaient plus faciles à gérer que chez celles qui ont pris l'un ou l'autre de ces médicaments comme traitement autonome. Ce traitement fonctionne en tuant directement les cellules cancéreuses ainsi qu'en utilisant une protéine qui attire les cellules immunitaires dans la tumeur.


Les virus oncolytiques en cours d'évaluation


  • Adénovirus : Famille de virus courants qui provoquent généralement une série d'effets bénins tels que le mal de gorge, la fatigue et des symptômes semblables à ceux du rhume.

  • Virus de la vaccine : Virus utilisé pour éliminer la variole, qui provoque rarement des maladies chez l'homme et est associé à des éruptions cutanées dans tout l'organisme.

  • Picornavirus : Famille de virus qui peuvent provoquer des maladies chez les mammifères et les oiseaux, par exemple le virus coxsackie qui fait actuellement l'objet de tests cliniques.


En voyant tous ces virus étant utilisés pour traiter le cancer et essentiellement utilisés pour le bien, il serait intéressant d'explorer et de rechercher ce pourquoi le coronavirus peut être modifié et utilisé.



Les références


uOttawa STEMCast. “Dr. Bell: Senior Cancer Researcher at the Ottawa Hospital Research Institute”. Episode 2, Spotify. November 2020. https://open.spotify.com/episode/0rMLFaWlCixRJUVhilSpA8

Bell, J. C. (n.d.). Oncolytic Virus Therapy. Retrieved February 13, 2021, from https://www.cancerresearch.org/immunotherapy/treatment-types/oncolytic-virus-therapy

NCI Staff. (2018, February 9). Using oncolytic viruses to treat cancer. Retrieved February 13, 2021, from https://www.cancer.gov/news-events/cancer-currents-blog/2018/oncolytic-viruses-to-treat-cancer

Verheije, M. H., & Rottier, P. J. (2012). Retargeting of viruses to generate oncolytic agents. Advances in virology, 2012, 798526. https://doi.org/10.1155/2012/798526

Bai, Y., Hui, P., Du, X., & Su, X. (2019). Updates to the antitumor mechanism of oncolytic virus. Thoracic cancer, 10(5), 1031–1035. https://doi.org/10.1111/1759-7714.13043

6. Modified herpes virus shows promise for treating advanced melanoma. (n.d.). Retrieved February 13, 2021, from https://www.uclahealth.org/u-magazine/modified-herpes-virus-shows-promise-for-treating-advanced-melanoma#:~:text=T%2DVEC%20is%20a%20genetically,immune%20cells%20into%20the%20cancers


Photo principal gracieuseté de National Geographic.



L'auteur d'article : Céline Guirguis

Rédacteurs d'article : Valerie Shirobokov, Maria Giroux