• Race to a Cure Authors

L’introversion vs. l'anxiété sociale

Cliquez ici pour accéder l’article en Anglais/Click here to view this article in English


Les personnalités sont une caractéristique déterminantes des humains. Nous cherchons souvent des gens ayant les mêmes valeurs et intérêts. Bien que nous ne nous concentrons pas sur l’état d’esprit d’une personne lorsque nous nous faisons des amis, notre impression initiale peut également changer au fur et à mesure que la relation évolue. Le plus notable concerne la façon dont une personne interagit socialement avec les autres, est-ce que l’individu est introverti ou extraverti?



Ce n’est pas une mauvaise chose d'être introverti. En effet, dernièrement, l’introversion est perçue comme un signe d'autonomisation autant qu’être extraverti. Imaginez deux individus typiques, la race, le sexe, la culture ou toute autre étiquette social qui sont importantes; un aime beaucoup jaser, partager ses expériences et apprendre des autres tandis que l’autre individus préfère être seul pour dessiner, tenir un journal, ou lire. Bien qu’il s’agisse de définitions stéréotypées de leur personnalité, il est sans aucun doute facile de qualifier la première d’extravertie et la seconde d’introvertie. Il devient beaucoup plus difficile mais rapide de catégoriser des personnes calmes et timides comme étant introverties sans tenir compte de l'anxiété sociale ou d’autres problèmes de santé mentale pouvant influencer leurs interactions sociales. Ils sont souvent mal interprétés en raison d’un manque de connaissance, d’ignorance ou de la source utilisée pour obtenir des informations. Il existe scientifiquement et psychologiquement de nombreuses différences entre ces deux types de personnes.


Tout d’abord, l’introversion est un choix que l’on fait dans sa personnalité; c’est quelque chose avec lequel on est né et qui a une prédisposition génétique. Être introverti est un trait de personnalité, comme l’a mentionné Quitrev. Vous choisissez de rester à l’écart de la confrontation et ce n’est pas une priorité de parler à haute voix. Ces sentiments de tristesse et de frustration qu’une personne extravertie peut exprimer sont le plus souvent exprimés à travers des écrits d’art ou de journal. L’individu peut hésiter à assumer des rôles de leadership, mais avoir de bonnes capacités d’écoute et n’a pas peur de dire ce qu’il pense à ses pairs proches. Les fêtes et les rassemblements sociaux ne sont pas leur genre de plaisir, et ils ne seront qu' épuisés d’y participer. Ce sont tous des choix faits après mûre réflexion et l’individu en est probablement conscient. Ils n’interfèrent pas avec leur mode de vie, mais plutôt, c’est leur mode de vie préféré.


En revanche, l’anxiété sociale n’est pas héritée mais développée au cours de la vie par un tempérament. Selon Quitrev, deux aspects constituent l'anxiété sociale; l’apprentissage et évitement. Tout d’abord, nous apprenons à travers des expériences personnelles ou les relations sur l’examen minutieux auquel on est confronté dans la société. L’individu commence à éviter les milieux sociaux même s’il ne le veut pas à cause de la peur qui découle de l'idée que les autres vont vous rejeter ou vous juger négativement, comme l’indique Healthline. L’anxiété sociale amène des pensées négatives sur ses choix personnels; ma démarche est terrible, ou mas vois est ennuyeuse. Il y a une hyperconcentration sur de si légers défauts que d,autres pourraient même pas remarquer. Ces défauts peuvent être physiques ou liés au caractère, mais proviennent néanmoins de la peur des autres et pas tant de vous-même. Les contextes sociaux et les fêtes sont amusants pour cet individu, mais en raison de la peur du jugement, ils ratent généralement les opportunités qu’ils recherchent. L’hyperfixation sur les défauts consommes nos pensées et agit essentiellement comme un bloc entre la personne et le reste du monde. Ainsi, l’anxiété sociale entrave le fonctionnement normal plutôt que la personnalité.

L’anxiété sociale est un état mental qui affectera n’importe qui, quel que soit son type de personnalité, et c’est là que réside une différence significative que nous oublions parfois. Cela n’a rien à voir avec la personnalité et ses choix, mais plutôt avec les adaptations neurologiques et les pensées qui ont été nourries après la naissance. Par conséquent, il doit être traité et soigné par des professionnels. C’est un blocage dans sa vie plutôt qu’un choix. Bien que le grand public soit enclin à mal interpréter les personnalités introverties et l’anxiété sociales, au fur et à mercure que la prise de conscience se développera, il deviendra plus facile pour quiconque de devenir plus conscient des différences entre ces deux entités et d’autres conditions mental cachées dans la personnalité.


Les personnes souffrant d’anxiété sociale et les personnes introverties peuvent partager des trait et être représentées de la même manière par les médias sociaux, cependant, il est clair qu'il existe des différences fondamentales qui séparent les deux.



L'auteur d'article: Gurdial Gill

Traduction par: Sarah Westerik