• Race To A Cure Authors

L'évolution de la chirurgie en tant que traitement du cancer

Cliquez ici pour accéder l’article en anglais/Click here to view this article in English.


Photo gracieuseté de sciencemuseum.org.uk.


Le traitement du cancer a connu des hauts et des bas tout au long de l'histoire, non seulement en raison de l'inefficacité des traitements et de leurs effets secondaires, mais aussi en raison d'une grande ambition ainsi que la réalité d'une guérison complète dans de nombreux cas. Comme expliqué par la revue Cancers, les médicaments antitumoraux et les radiations ont été le choix de traitement dans certains cas et font partie de l'arsenal clinique, au même titre que la chirurgie dans le cas des tumeurs solides. La nanotechnologie est un choix thérapeutique relativement nouveau, les nanostructures étant utilisées pour l'administration contrôlée de médicaments, l'intégration de l'imagerie et du traitement, l'application de l'hyperthermie et la fourniture d'une thérapie ciblée guidée, entre autres applications. Et bien sûr, l'immunothérapie qui a gagné en popularité comme méthode de traitement ces dernières années, et qui est maintenant le premier choix dans de nombreux cas. Cependant, cet article a pour but d'examiner spécifiquement l'évolution de la chirurgie dans les traitements du cancer.


Un article de Cancer.org déclare que le médecin romain Celsus ainsi que de nombreux autres chirurgiens de l'Antiquité savaient que même après l'ablation des tumeurs, la maladie revient dans de nombreux cas. Ils comprenaient qu'une fois que le cancer s'était propagé, il n'y avait plus de remède. Ils se sont même dit qu'il pouvait être plus dangereux d'intervenir que de ne pas intervenir du tout. À l'époque, la chirurgie était rudimentaire, avec divers problèmes dont la perte de sang. Galen, chirurgien et philosophe de l'Empire romain, a exploré les remèdes chirurgicaux pour le cancer du sein. Il a écrit que la tumeur pouvait être entièrement enlevée à un stade précoce.


Vers la fin des XIXe et XXe siècles, des progrès majeurs ont été réalisés dans le domaine de la chirurgie générale et de la chirurgie du cancer. Au cours de la dernière décennie du XIXe siècle, William Stewart Halsted, professeur de chirurgie à l'université Johns Hopkins, a inventé la technique connue sous le nom de mastectomie radicale. Son étude a été inspirée par W. Sampson Handley, un chirurgien de Londres qui pensait que les cellules cancéreuses se répandaient à l'extérieur de la tumeur d'origine. Cependant, Halsted ne croyait pas que le cancer pouvait se propager par le sang et il supposait que l'élimination locale du cancer le guérirait. Il croyait que si le cancer refaisait surface ailleurs, ce serait une nouvelle méthode. C'est ainsi qu'il a créé la mastectomie radicale pour le cancer du sein à la suite de cette conviction.


William Stewart Halsted (The Lancelet).


Pendant près d'un siècle, ce fut la pierre angulaire de la chirurgie du cancer. Puis, dans les années 1970, des essais cliniques modernes ont montré que pour la plupart des patientes atteintes d'un cancer du sein, une chirurgie moins invasive est tout aussi efficace. Aujourd'hui, la mastectomie radicale n'est souvent pas pratiquée, et la "mastectomie radicale modifiée" est pratiquée relativement moins souvent qu'auparavant. La tumeur primaire est enlevée (lumpectomie), puis une radiothérapie est administrée à la plupart des femmes atteintes d'un cancer du sein.


Au cours des dernières décennies du XXe siècle, les chirurgiens ont renforcé leurs compétences technologiques pour réduire au minimum la quantité de tissus normaux retirés lors des opérations du cancer. Jusqu'alors, le diagnostic du cancer nécessitait souvent une "chirurgie exploratoire" pour ouvrir l'abdomen ou la poitrine afin que le chirurgien puisse prélever des échantillons de tissus pour les soumettre à des tests de dépistage du cancer. À partir des années 1970, les progrès des tests d'imagerie tels que l'échographie (sonographie), la tomodensitométrie (CT scan), l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomographie par émission de positons (TEP) ont remplacé de nombreuses opérations exploratoires. La tomodensitométrie et les ultrasons peuvent également être utilisés pour diriger les aiguilles de biopsie vers les tumeurs.


Les médecins utilisent aujourd'hui des instruments de technologie à fibres optiques et des caméras vidéo miniatures pour regarder à l'intérieur du corps. Les chirurgiens peuvent opérer avec des instruments chirurgicaux spéciaux par le biais de tubes étroits placés dans des incisions mineures de la peau. Ces instruments peuvent être utilisés pour regarder et travailler à l'intérieur de l'abdomen (chirurgie laparoscopique) ou de la poitrine (chirurgie thoracique). De nombreuses études sont actuellement en cours de recherche et d'utilisation. Par exemple, la cryochirurgie, également connue sous le nom de cryothérapie ou de cryoablation, qui nécessite la pulvérisation d'azote liquide pour geler et tuer les cellules anormales.


Nature Reviews indique que la chirurgie du cancer a prospéré et est le fruit de recherches et d'innovations révolutionnaires. Au cours des 50 dernières années, on a assisté à un changement prodigieux dans la manière de traiter le cancer, qui a permis d'améliorer les taux de guérison grâce à des techniques peu invasives qui réduisent la nécessité ou les effets de la chirurgie radicale. Heureusement, les chirurgiens d'aujourd'hui, ainsi que d'autres professionnels de la santé, ont reçu une formation approfondie et ont fait de la chirurgie du cancer un moyen sûr et très efficace de traiter le cancer.



L'auteur d'article : Céline Guirguis

Rédacteurs d'article : Valerie Shirobokov, Sherilyn Wen

Follow Us on Social Media

Sign up to the Race to a Cure Newsletters

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Instagram

RACE TO A CURE

© 2020 Race to a Cure

Incorporated under the Canada Not-for-profit Corporations Act